fbpx

Lancé en 2017 par les établissements bancaires, le prêt à impact consiste à accorder un crédit aux entreprises avec un taux réduit jusqu’à 0,30%, à condition qu’elles atteignent certains objectifs sociaux et environnementaux. Initialement, ce prêt était destiné aux grands groupes, mais aujourd’hui, ce mode de financement s’ouvre de plus en plus aux PME dans une démarche vertueuse.

Quel est le principe du prêt à impact ?

Les établissements bancaires proposent de plus en plus fréquemment les prêts à impact aux PME, qui sont encore éloignées des sujets RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises).

Le principe du prêt à impact est relativement simple : l’entreprise et son établissement bancaire conviennent d’engagements et d’objectifs afin d’obtenir des bonifications sur le taux d’intérêt. Afin de valider ces objectifs, un auditeur interne ou externe doit attester si les objectifs fixés ont été atteints. Selon les résultats de l’audit, le taux d’emprunt est modulé à la baisse. Si les objectifs ne sont pas remplis, le taux ne peut toutefois pas excéder le montant convenu au départ.

Quels sont les avantages pour les PME ?

Ce type de prêt est triplement avantageux pour les PME :

  • Le taux d’intérêt bonifié permet de réaliser des économies pour l’entreprise. En effet, 0,30% sur 1 million emprunté à 1,8% permet d’économiser 1500 € par an, soit 15 000 euros sur 10 ans.
  • Fixer des objectifs positifs et engagés permet de créer une émulation parmi les collaborateurs. Les mesures prises ont un impact sur le bien-être des salariés, un facteur essentiel dans la productivité. Cela a tendance à fidéliser les salariés et réduire le turnover.
  • Les gains en performances sociétales générés ont un impact positif sur les performances financières de l’entreprise.

Quels engagements doivent être pris par les entreprises ?

L’entreprise doit s’engager dans une démarche environnementale, sociale et de bonne gestion.

Cela consiste par exemple à s’engager dans la réduction de son empreinte carbone en remplaçant sa flotte par des véhicules électriques, à réduire ses déchets en mettant à disposition des salariés des fontaines à eau et des bouteilles réutilisables, à favoriser l’emploi de personnes en situation de handicap ou encore à mettre en place des processus de formation.

Les mesures à prendre ainsi que les objectifs font partie de la négociation avec la banque.